Nous sommes aux confins des Alpes françaises, dans la Vallée du Haut-Bréda. La crise sanitaire du Coronavirus Covid-19 réunit six personnes, dans une auberge fermée par mesures administratives de circonstances. Nous avons envie de partager cette expérience par une chronique quotidienne que radio Fond de France a envie de vous livrer telle quelle. 

Rejoindre la conversation

13 commentaires

  1. Ah, bravo, c’est très beau, touchant, qu’elle bonne idée cet enregistrement ! Je reviendrai vous écouter c’est sûr. De notre côté, ma fille et moi, nous écrivons (au stylo bille sur des cahiers). Moins propice au partage, ce système basique a l’avantage de se pratiquer partout, et en particulier au soleil ! Je vous embrasse de Nantes-en-Rattier, petit village du plateau matheysin, d’
    où l’on voit l’Obiou, le Devoluy, le Taillefer, les Ecrins et même le Vercors…

    1. Merci Catherine pour ton commentaire, Nous sommes ravi de savoir que les choses et les idées se partages! Si vous avez envie que nous mettions en voix un de vos écris, vous pouvez nous en envoyer. Nous sommes très curieux de découvrir votre expérience?

  2. Quelle chose singulière, pouvoir entendre vos voix, celle de ma Marie… Moi, confiné ici, à Bon Encontre, près d’Agen, cultivant un P… d’Avc.. Gardons par votre truchement le contact… La radio fut mon premier vecteur de com..François 8
    A Radio Lille, puis en Algérie quand j’avais 20 ans..
    Continuez, ça me fait du bien ! Bises à ma fille et cordial salut à vous.
    F. Paoli

    1. Merci Babbu pour ton message !
      Comme tu l’as entendu, l’expérience si bizarre que nous vivons tous nous donne des idées…
      Si tu as envie de nous faire part d’une impression à toi, si tu veux nous raconter comment cela se passe pour vous là-bas, envoie-nous tes mots et nous les mettrons en voix.
      Bises fraîches de moi, et des 5 autres matelots de la Vallée du Haut-Bréda.

  3. Confinement ? Vous dites confinement ? Quel confinement ?? C’est le printemps ! Les oiseaux chantent, l’herbe pousse ! Et donc les vaches poussent les barrière pour pouvoir se dégourdirent les jambes et se délecter de la fraîcheur qui s’offre à elles ! On fait des parcs, on taille, on fabrique du fromage, on en prend soin, on fait du pâté, des saucisses, et quand même on plante des arbres pour plus tard car on sent qu’il faut se préparer à quelque chose… Ça sème, ça repique de l’autre côté du Bens, en se disant que l’autonomie a vraiment du sens aujourd’hui. Après ces journées bien remplies, pas seulement de labeur mais aussi d’échanges au sein du « foyer grangette » ou « mauvaises graines », on rentre chez nous regarder les nouvelles du monde et surtout d’Italie, en tête à tête avec Alessandro qui pour me faire plaisir ouvre une bonne bouteille de Jura (comme tu les aimes Thomas 😉 ). Quel monde viendra après ça ? Deviendrons nous plus sage ? Ou comme l’huitre qui est fermée quel que soit l’âge…?

    1. Merci Flavie. Cool ton commentaire. Quel serait votre monde « meilleur ». On attend votre chronique, sans rire vous vivez vous aussi à la Grangette quelque chose, non? 😉 Allez allez, une p’tite chronique de paysans écologue patentés pour rdff?
      Pierre

  4. Bonjour à vous 6 et à tous les auditeurs !
    Merci Thomas pour cette poésie quotidienne, belle expérience que la vôtre. Le Limousin se porte bien aussi, la planète reprend un peu son souffle et les oiseaux sont avec nous également.
    Pensées pour vous et bon cheminement en commun.
    Fred B.

    1. Merci Fred pour ton message! On reste en contact, la vie continue avec d’autres réglage, d’autres relation avec l’autre, avec notre environnement proche, avec soit même et no habitudes.
      Je t’embrasse.
      Thom

  5. Super initiative ! Quelle belle invention la radio ! Des grosses bises à ceusses que je connais, Thomas, Pedrito… Bien le bonjour aux autres ! Au plaisir de vous entendre régulièrement, depuis mon confinement à Grenoble… Pas non plus à plaindre, grande maison, petit jardin potager. Nous sommes quatre, mon fils, Mathis, sa copine, Inès, et Djenabou, une dame guinéenne que je marraine depuis quelques années pour l’obtention de ses papiers… et d’un logement ! Sans oublier Lili, la chatte. Aujourd’hui, on fête l’anniversaire d’Inès, 19 ans. Djenabou nous a confectionné un couscous ce midi… Déjeuner au soleil, sur la table de jardin. Ce soir, les jeunes font un gâteau… pour y mettre les bougies. On investit tour à tour la cuisine… Ce confinement va nous faire prendre quelques rondeurs ! Heureusement, pour se détoxifier, il y a des pissenlits, dans la pelouse… J’en fais des salades avec les fleurs de primevères, de violettes, de soucis et de bourrache. A bientôt !

    1. Merci pour ce sympathique commentaire! Finalement peut importe l’endroit les conclusions sont les mêmes, des moments de partage en famille entre amis et même avec d’autres, des retrouvailles autour d’un bon repas et le sentiment que ce virus amène un printemps un peu différent pour la planète. N’hésitez pas à nous envoyer une petite chronique pour nous raconter votre vie dans la vallée

  6. Belle photo du jardin…
    Le WC y est exceptionnellement bien placé, entre les planches de légumes et la mare, face aux montagnes. Tout incite à y prolonger le séjour, même sans réel besoin et malgré un certain manque de… confinement.
    J P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *