Avant chaque dîner, comme lors d’un drôle de bénédicité, Blondin s’invente conteur. Ce soir, il nous raconte une histoire empruntée à Hugo Pratt et plus précisément à Ernie Pike, journaliste de fiction. Cette histoire, c’est celle d’un soldat rattrapé par son humanité. Tout parallèle avec la situation actuelle serait totalement fortuit… Ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *