Édito du 14 mai 2014

Dans la vallée du Haut-Bréda la belle saison peut être très courte, surtout celle concernant les touristes, alors ne tergiversons pas et rentrons directement dans le vif du sujet.
Les bergers de certains alpages…

Rejoindre la conversation

3 commentaires

  1. Salut,
    Le sujet est intéressant et qui plus est d’actualité.
    Pour info, dans la future station Trail qui doit voir le jour pour l’été, il y a deux parcours qui emprunteront ces sentiers :
    – L’un sur l’Arpette avec un » kilomètre vertical  » ( l’idée est de faire un chrono ou un entrainement spécifique sur un sentier avec une pente très soutenue sur un minimum de 600 mètres de dénivellation positive ). Le départ se ferait de la maison de la nature et l’arrivée au niveau de la première cabane en ruine à la sortie de la forêt. Autant dire que ces coureurs en petite tenue et aux poils bannis auront peut-être l’occasion de faire à chrono à la descente …
    – L’autre reprendrait l’itinéraire de » l’échappée belle « à savoir, maison de la nature, premier chalet de la grande Valloire, deuxième puis premier chalet de Tigneux ( si je ne me trompe pas, c’est là qui faudra courir vite !!), Grand Thiervoz puis retour.
    Une dynamique est peut-être en train de voir le jour dans notre vallée ( communication, développement estival …) mais tous ces efforts ne pourront, à mon sens, être bénéfiques que si les problèmes de partage du territoire sont réglés voir mieux valorisés.
    Le bouche à oreille va très vite surtout dans des milieux assez restreint comme celui du Trail .
    Les bergers eux même sont-ils au courant de ces projets ? des sentiers qui vont être balisés et empruntés.
    Les randonneurs et les coureurs seront-ils informés au départ de la présence de troupeaux et de la conduite à tenir pour que chacun puisse travailler ou se divertir dans notre vallée ?

  2. Je suis pour ma part d’accord avec ce problème de gestion des espaces et de certaines libertés que prennent beaucoup d’éleveurs ici ou ailleurs dans leur manière d’occuper la montagne et de se garder le privilège de l’accès car ils considèrent pour beaucoup qu’à partir du moment où il paye leur patente ils en sont malheureusement les seuls bénéficiaires. Pour avoir traversé à cheval bien des massifs des Alpes, j’ai pu constater que le problème est le même partout…bien souvent j’ai dû envoyer des coups de sates dans la gueule des chiens pour qu’ils nous laissent passer sans quoi, même du haut de mon cheval, je risquais de me faire bouffer les mollets!! Dans le Diois un éleveur a pris possession de l’alpage de Jiboui, il a fermé tous les chemins, et apposer un crâne de mouton surplombé d’un drapeau pirate à l’entrée de l’alpage, le tout au dessus d’un panneau indiquant « entrée interdite, danger de mort »!!! T’hallucines quand tu vois ça! Ce connard n’a même pas voulu que je fasse boire mes chevaux dans ses bachats rempli de flotte !! Et tu vois, devant cela, on ne dit rien, on passe notre route et on ne fait pas remonter ces comportements à qui de droit…nous faisons dans ce cas là, nous aussi, usagers notre propre tort!
    Le problème est certes complexe. Comme dans tout corps de métiers il y’a des « bons » et des « mauvais  » éleveurs.
    Certes je pense qu’il ne faut pas stigmatiser la profession car malheureusement les bons payent de leur image de l’action négative des mauvais…
    Oui le problème est à prendre à bras le corps car il est bien réel.
    Après dans notre vallée propre, je trouve que l’information auprès des usagers manque cruellement ( panneau à la maison de la nature? panneau à l’OT du Pleynet ou ailleurs? panneau à l’entrée des Alpages..) Ailleurs j’ai pu voir des panneaux d’infos..
    Oui prévenir plus les usagers est un fait. Et peut être dire aux usagers aussi que si il rencontre quoi que ce soit comme problème qu’ils ont le devoir de transmettre l’info à l’autorité compétente, en l’occurrence la mairie..
    Les éleveurs doivent aussi prendre conscience que la montagne est à partager entre tous, qu’elle n’est pas leur domaine exclusif durant deux mois. Ils n’ont pas à fermer les chemins balisés, ça aussi c’est de l’autorité du Maire de leur signaler…et aussi pour certains d’entre nous la notre. Pour ma part usagères des chemins de part mon activité professionnelle je suis ici aussi souvent confrontée au problème de fermeture des chemins mais je n’ai pas besoin d’aller spécialement en altitude, j’ai plusieurs exemples au Charvins, à la Piat…
    Alors peut être déclencher une réunion entre les éleveurs et la Mairie pour bien mettre au clair ces points de protection de par les chiens et de liberté de passage des usagers…leur faire signer une charte??? En tant qu’éleveur de chevaux du moins pour l’instant détentrice d’un troupeau d’animaux qui pâturent aussi dans certaines prairies je veux bien m’engager aussi dans cette dynamique..sans soucis..peut être un jour aussi serais-je amenée à utiliser des alpages si je veux développer un élevage de chevaux..qui peut être aussi sera gardé par un chien…
    Pour ma part je suis d’accord avec ce texte de l’édito. Oui c’est un problème qui va faire râler et soulever peut être un tolé mais il n’a jamais été dit que les changements ou les améliorations ne se réalisent pas sans franchise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *